Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 15:44

On m’a dit que la franc-maçonnerie n’est pas une école, ni une académie … La loge n'est pas le Collège de France. Elle n’a rien à enseigner, pas de dogme, pas de catéchisme, pas de vérités … Certes elle rassemble des gens qui, sans elle, auraient continué de s’ignorer … Certes elle choisit ce qu’elle nomme des hautes valeurs morales. Mais elle ne recrute pas, sur diplôme, des intelligences formatées par l’Université. Chacun travaille donc à son niveau. Les planches ne sont pas forcément des thèses. Elles marquent les étapes d’un cheminement personnel. Elles ne peuvent donc pas être médiocres ou mauvaises.

Libre ?

Je n’ai rien à enseigner, je n’ai pas de vérités. Je n’ai pas de maître, pas de gourou, pas de prêtre… Dans le même temps, je ne sais pas le libre penser, je ne sais pas penser librement … Je vois trop les œillères, les ornières, les influences 
: la toile qui se tisse autour de moi pour nourrir ma réflexion et l’orienter sans que je puisse l’éventrer pour m’en échapper, qui me produit à penser dans un sens ou dans l’autre.

J’ai bien quelques certitudes, qui me servent de béquilles. Notamment, le doute. Non pas le Doute ! Mais le fait que "Je" doute.
Notamment je doute de moi-même (bien sûr) et de ce que je pense, et de ce que je suis, et de ce que je vois, et de ce à quoi je crois … Je vois venir avec circonspection et scepticisme celui qui est plein de conviction et de ce fait plein d’affirmation et qui m’envahit de son prêche pour me convaincre et m’encombre le paysage de son ego, justifié par la vague qui le porte et déferle sur mon libre-arbitre …

La Loge

C
ependant, il me reste quelques interrogations … La Franc-Maçonnerie incite à une recherche personnelle, à une descente en soi, pour y prendre connaissance du Moi, c'est à dire de sa personnalité profonde. Plus particulièrement le Grand Orient de France invite à s’interroger sur le monde et son organisation. Il suggère aux initiés d’y aller chercher matière à réflexion et même d’y porter les vérités acquises en loge. On observe que, pour ce projet, les frères ont besoin de se retrouver en loge. Là, ils trouvent un monde de symboles, des repères, des guides, des bornes, des décors, des rites, des rituels, des traditions, des obligations, des engagements, des serments. Il faut croire que tout cela a un sens pour eux et porte efficacité, exerce une influence. La loge modèle, façonne, impulse, insuffle, aide… C’est dire que ce n’est pas innocent, que ce décorum n’est pas là pour rien, qu’il est donc institué intentionnellement, que tout cela porte un sens.

C’est la question du sens qui me préoccupe.
Que peuvent signifier par exemple le Triangle, le Delta lumineux et l’œil ? Ou la corde à nœuds avec ses lacs d’amour ? Ou les colonnes avec Jakin et Boaz et Hiram, le temple de Salomon, les épées et le poignard ? Pourquoi des Chevaliers, des croix et des chapeaux ? Et ce meurtre qu’il faut venger ?... Je connais certes des réponses, des exercices de style, des planches brillantes sur ces sujets, qui exercent la réflexion de chacun dans un sens ou l’autre. Je connais des livres censés donner l’aide, orienter la recherche, des bibliothèques entières inépuisables et fort achalandées. Je connais des Frères impérieux, détenteurs du sens, érigés en gardiens du temple et de ses rites. J’observe, écoute, entends. Je ne comprends toujours pas, entendez que je n’assimile pas, je n’intègre pas tout, 
dans les affirmations, les propositions, le sens qui ne se dégage pas …

Qu’en est-t-il d’une appartenance à l’Ordre Maçonnique par la voie du Grand Orient de France ? Sans revenir sur les étapes d’un chemin que chaque maçon connaît pour l’avoir parcouru, que penser d’un Ordre qui travaille à la Concorde Universelle et à l’amélioration de l’humanité ? Mais qui consacre l’essentiel de son activité et de son énergie, depuis trois siècles, à secréter des dissensions et des divisions, qu’il s’épuise ensuite à vouloir réduire et résoudre ?
Et du fait de mon appartenance, il faudrait que je porte intérêt à des luttes d’influence et que je m’implique dans des équations complexes, dont les paramètres obscurs me sont étrangers, sauf à fréquenter des rumeurs de parvis qui m’indiffèrent. Certes je crois voir qu’il en faut pour tout le monde et que la diversité des organisations, des obédiences, des chapelles, des rites et des rituels répond à la diversité des opinions, des cultures, des individus et permet à chacun de trouver un havre dans une maçonnerie tolérante, qui prône la fraternité et la solidarité. Pourquoi faut-il que quelques dogmes, le goût pour certains rigorismes, l’appel de la chicane, le besoin de s’affirmer, le goût du pouvoir, disperse les énergies qui se consument en vain dans l’illusion et la vanité ? Entrant en maçonnerie, on m’a initié dans l’Emotion, déclarant derrière Platon qu’il n’y a rien à enseigner. Mais que l’Amitié et la Fraternité permettaient de franchir les épreuves.

Dès lors on a bien voulu, au-delà des serments, m’accorder la grande lumière en me plantant au début d’un chemin dont on ne m’a indiqué ni l’entrée ni le but. On naviguait dans l’implicite, on m’accueillait dans l’auberge espagnole.
J’imaginai qu’on me libérait des carcans idéologiques, des présupposés philosophiques, des pétitions politiques. J’imaginai la liberté de penser affranchie des avatars de l’histoire, des coercitions morales, des préjugés sociaux, des préalables dogmatiques … Libre enfin de tout reconstruire, de tout examiner et de proposer à l’envi : des pistes de réflexion, des modèles à façonner, des principes à moduler, des utopies sages et raisonnées …
Mais je me trouvai aux prises avec Hiram et Salomon, Jakin et Boaz, des méditations sur l’apocalypse, des chevaleries et des rose-croix, sans compter les Kadosh et autres résidus de bible, hébraïques, chrétiennes, catholiques, protestantes … Vive la liberté, l’urgente liberté …

Le Chevalier

Qu’est-ce à dire en franc maçonnerie, qui prétend s’être libérée pour construire un monde libre ? Le chevalier n’est pas un acteur de liberté, en tout cas, pas dans la société médiévale ou dans la société d’Ancien régime dont il constitue l’armature. Que vient-il faire en maçonnerie ? Ou plus précisément pourquoi la franc-maçonnerie du XXIème siècle en cultive-t-
elle la tradition et le propose-t-elle comme modèle et parangon de son idéal ? On nous dit qu’il assure la promotion par le haut, que le "sujet" serait honoré d’être élevé, hissé au rang de privilégié. Qu’est-ce que cela signifie dans notre société fondée sur l’Egalité, dans notre société qui revendique l’Egalité ?

La Loi est la même pour tous. Elle a valeur universelle. La franc-maçonnerie des "Hauts" Grades du Grand Orient De France va-t-elle instituer des privilèges (littéralement des lois particulières) pour une catégorie des frères ? Elle s’en défend bien sûr, disant que ce modèle impose des devoirs et non des avantages. Il n’empêche qu’elle garde ce modèle pour la promotion du citoyen franc-maçon.
Même si celui-ci n’est pas dupe, car on peut être franc-maçon et néanmoins intelligent … Même si celui-ci s’amuse de se voir affublé de titres abracadabrants dont il perçoit le côté désuet et superfétatoire, il n’empêche qu’il en assure la pérennité sous l’argument qu’on ne touche pas à la Tradition.

La Tradition

Je comprends qu’elle transporte un message, qu’elle doit avoir un sens, qui dit-on vient du fond des âges, même s’il est sibyllin, abscons, porté par des gestes, des symboles, des émotions, parfois enseveli sous des rites, des formulations, des mythes, caché peut-être dans des pratiques rituéliques non explicites qui recèleraient du sens, même si celui-ci reste à découvrir …
Initié par la transmission d’une tradition dont je ne comprends pas nécessairement le sens, je suis néanmoins porteur du message qui me sera révélé le jour où je serai apte à le recevoir, à le comprendre, c'est à dire peut-être jamais. Mais peut-être ce jour plein de lumière où j’aurai accompli assez de progrès, parcouru assez de chemin pour que le secret me soit enfin divulgué et devienne clair et audible. C’est pourquoi certains soutiennent qu’il ne faut toucher à la Tradition, ni l’amputer, ni la modifier, au prétexte qu’on n’y comprend rien, car par ignorance, on court le risque d’enlever des éléments essentiels, porteurs de sens, sous leurs aspects anodins. Ainsi la tradition devient sacrée et chaque point du rituel inamovible. Alors, le chapitre "Je Doute" deviendrait sacrilège ?

Certes le rite français s’autorise d’une plongée dans l’histoire qui crédibilise sa résurrection et fonde sa légitimité, puisqu’il trouve des racines dans le XVIIIème siècle. Mais son aggiornamento des années quatre vingt dix le rend suspect aux yeux des gardiens du temple.
A fortiori les manipulations de rituels auxquelles se serait livré le chapitre "Je doute" interrogent beaucoup de frères des "hauts" grades, même dans le rite français, car ils considèrent comme d’une audace inconsidérée la suppression des armes blanches (poignards et épées), le rejet de la voie chevaleresque, la promotion du citoyen comme parangon de la maçonnerie.

Les femmes




Franc-maçon, Franc et Maçon, c'est à dire constructeur libre de toute servitude, artisan de la République laïque peut-être (digne ambition ...), égalitaire et fraternelle bien sûr. Mais sans les femmes, s’il vous plaît … Question de Tradition. Les femmes restent à la maison, admises tout juste au repas familial, aux tenues funèbres et aux tenues blanches ouvertes … Mais toujours présentes cependant sur les parvis à occuper le discours des frères : plaisanteries salaces, blagues graveleuses … Sinon pour celles qui ont forcé le système, se sont fait adopter, ou reconnaître comme initiées, elles sont tout juste bonnes pour la numérologie, l’astrologie, la cosmogénèse, cantonnée dans un rite écossais qui les renvoie insidieusement vers les religions d’un dieu misogyne qui les retranche de la société. Une moitié de l’humanité dont il n’y a pas lieu d’améliorer le statut …

Jamais l’objet d’une question à l’étude ! Jamais sujet d’une question de société ! Qu’elle ait travaillé toute sa vie, sans salaire, sans statut, dans la dépendance d’un mari ou de ses enfants, ne vaut pas une préoccupation maçonnique …
Peut-être qu’un maçon affranchi des préjugés, désireux de façonner une société plus juste, rate ici un chantier d’avenir. Et que,
force de proposition, il n’aura rien à proposer au jour de l’échéance qui l’accuserait de ségrégation sexiste ?

Je doute

Je doute, je m’interroge, si ces réflexions relèvent de nos chantiers ? Ne serait-ce que pour inventaire ? Faire l’exploration des chantiers en déshérence pour déterminer s’ils sont ou non dignes d’une réflexion maçonnique ? Il n’en manque certainement pas, par exemple : Celui de la démocratie : on pourrait explorer les voies qui permettraient une plus grande implication des citoyens dans la définition des orientations politiques, qui leur assureraient un vrai contrôle sur l’action de leurs représentants au cours de leur mandat, qui introduirait une part significative de démocratie directe dans la vie publique ?
Celui des conditions de l’évolution des forces de sûreté (police et autres ...) qui les orienterait davantage vers la prévention et l’éducation que vers la répression, même si celle-ci reste le recours ultime ? Celui de l’aménagement des conditions de vie dans les prisons qui devraient être dignes de la République et du peuple au nom duquel on est amené à incarcérer des citoyens momentanément en délicatesse avec la loi ? Celui des structures, des cadres et des moyens à mettre en place pour offrir aux citoyens en désespérance un abri, un accueil, un avenir ... Celui de mourir dans la dignité, que des détresses à secourir projettent dans l'actualité. Celui de la famine dans le monde…

Un tour de loge ne manquerait pas d’en faire apparaître d’autres, au gré des sensibilités, des vigilances et des centres d’intérêt de nos frères … Sur le long terme, leur réflexion assidue, leur imagination sans bride, leurs compétences diversifiées, permettraient de mettre au point des utopies généreuses et raisonnées aptes à améliorer l’homme et la société.
Cyrille, 6 mai 2008                    


Maj 19 10 09 - GA - L0

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyrille - dans Franc-Maçonnerie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Propos maçonniques
  • Propos maçonniques
  • : Puissent ces quelques propos témoigner de la permanence de la recherche d'une vérité fuyante et incertaine accaparée par ceux qui - prétendant la détenir - voudraient l'imposer, même par la tyrannie. Ce blog n'engage que ses auteurs. Il est dédié à tous les frères et soeurs - orphelins d'un projet maçonnique exigeant et cohérent - pour des lendemains à repenser, à rebâtir, à rêver.
  • Contact

Google Translator

globeClick on the globe. Copy the URL of the blog page to be translated into the entry bar "Translating the next page". Indicate the desired translation : French to ...  Close the blog page in French

Commentaires

Vous pouvez me faire part de vos commentaires en cliquant sur ce lien

Droits

Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957). Il est interdit d'utiliser et/ou reproduire et/ou représenter et/ou modifier et/ou adapter et/ou traduire et/ou copier et/ou distribuer, l'un des quelconque éléments - photos, poèmes, articles personnels - publiés sur ce blog, de façon intégrale ou partielle, sur quelque support que ce soit - électronique, papier ou tout autres supports - sans l'autorisation expresse et préalable de l'auteur.

Blog crée en février 2008 par Blog "Propos Maçonniques", Nom d'auteur et tous droits réservés.

© 2008 Blog "Propos maçonniques"