Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 23:41
Impressions d'initiation - (mars 1971) ...
 
desertD'abord, le silence ... Point de désir d'absolu sans silence. Grâce à ce silence auquel nous sommes invités, la moindre bonne volonté, le moindre bon mouvement se tournent à notre profit. Si loin que nous soyons de la parfaite connaissance, abandonnons-nous à ce silence l'espace d'un instant. Et déjà nous sentons que nous devenons plus attentifs à nous-mêmes. Et moi, j'ai eu comme le regret de choses qui n'avaient point encore de sens. Sinon, pourquoi aurais-je marché dans la direction de vérités que je ne pouvais pas concevoir. J'ai choisi, vers des puits ignorés, des chemins rectilignes qui furent semblables à des retours. J'ai eu l'instinct de mes structures ...   Dans la noire plaine de l'initiation, n'ayant pas encore compris quelles étaient ces profondeurs, je fus pris de vertige ... Ici, je ne possédais plus rien au monde. Je n'étais plus qu'un simple mortel, égaré entre du sable et des étoiles.  Et je méditais sur ma condition d'homme, éloigné des pôles de ma vie par trop de silence. Il me semblait sortir des limites ordinaires de la vie et m'avancer, tremblant de vertige, sur le rebord de l'éternité.
 

Et je me découvris plein de songes ... Ils me vinrent sans bruit, comme des eaux de source et je ne compris pas, tout d'abord, la douceur qui m'envahissait. Il n'y eut, au début, point de voix, ni d'images ... Mais dans cette nuit, bâtie comme une cathédrale, quelque chose qui ressemble au sentiment d'une présence, d'une amitié très proche et déjà à demi devinée. Il était quelque part un temple que j'aimais ... Peu m'importait qu'il fut éloigné ou proche. Il suffisait qu'il existât pour remplir ma nuit de sa présence. Puis une voix lointaine est venue mourir sur le rivage. Les mots résonnaient dans la nuit et il n'en subsistait qu'un indéchiffrable message. Mais je n'ai jamais entendu la voix prendre ainsi le large ... Dans l'abîme noir qui nous sépare, c'est comme un lancer de navire. Dans la pâte vierge que j'étais d'abord, vous avez alors frappé une belle image, et le temple lui-même, clos de murs, rayonne ...

 

Brusquement, m'est apparu le visage de la destinée ... Vieux bureaucrate, mon camarade, nul ne t'as fait évader et tu n'es point responsable. Tu as construit ta paix à force d'aveugler de ciment toutes les ouvertures vers la lumière. Tu t'es roulé en boule dans ta sécurité bourgeoise, tes routines, les rites étouffants de ta vie quotidienne. Tu as élevé cet humble rempart contre les vents et les marées et les étoiles. Tu n'es pas l'habitant d'une planète errante. Tu ne te poses point de questions sans réponses. Tu as eu bien assez de mal à oublier ta condition d'homme ... Maintenant, la glaise dont tu es formé a séché et nul ne saurait désormais réveiller en toi le poète ou le musicien, qui, peut-être d'abord t'habitaient. Et moi, j'entre dans un monde où je lirai mon chemin dans les étoiles, responsable de ce qui se bâtit chez les vivants, responsable un peu du destin des hommes dans la mesure de mon travail.

 

Etre homme, c'est précisément être responsable. Responsable de soi, des camarades qui espèrent. Responsable de leurs joies et de leurs peines. C'est connaître la honte en face d'une misère qui ne semblait pas dépendre de soi. C'est être fier d'une victoire que les camarades ont remportée. C'est sentir, en posant sa pierre, que l'on contribue à bâtir le monde ... La pierre n'a point d'espoir d'être autre chose que pierre. Mais de participer, elle s'assemble et devient temple. On meurt pour une cathédrale, non pour des pierres. On meurt pour un peuple, non pour une foule. On meurt par amour de l'homme, s'il est la clef de voûte d'une communauté. On meurt pour cela seul dont on peut vivre ...

  

i89jr773Quant à toi qui m'accueille aujourd'hui, mon frère, je ne me souviendrai jamais de ton visage. Car tu es l'homme, et tu m'apparais avec le visage de tous les hommes à la fois. Tu ne m'as point dévisagé, mais déjà tu m'as reconnu. Tu es le frère bien aimé et à mon tour je te reconnaîtrai dans tous les autres hommes. Tu m'apparais, baigné de noblesse et de bienveillance, grand seigneur qui a le pouvoir de m'accompagner vers la Lumière. Tous mes amis, tous mes ennemis, en toi, marchent vers moi. Et je n'ai plus un seul ennemi au monde. Je tolèrerai donc désormais les mauvais sculpteurs comme condition des bons sculpteurs, le mauvais goût comme condition du bon goût et la contrainte intérieure comme condition de la liberté.

 

J'ai écrit mon poème, il me reste à le corriger ... Mais qu'est-ce qu'écrire sinon corriger ? As-tu vu sculpter la pierre ? De correction en correction sort le visage. Et le premier coup de ciseau était déjà correction du bloc de pierre.  Quand je construis mon temple, je corrige le sable, puis je corrige mon temple et de correction en correction, je marche vers Dieu.  

 

Le désert - llustration du Petit Prince, par Antoine de Saint-Exupéry 

 

 Impressions d'initiation                               

   Paris, mars 1971                                   

                                                                   

Le 8 janvier 1847, à la loge de Besançon les réponses de Proudhon, aux questions rituelles furent les suivantes :

- Que doit l'homme à ses semblables ? Réponse : Justice à tous les hommes.

- Que doit l'homme à son pays ? Réponse : Le dévouement.

- Que doit l'homme à Dieu ? Réponse : La guerre ... 

Mieux informé sur la Franc-maçonnerie, Proudhon écrira plus tard :

"Le Dieu des Maçons n'est ni Substance, ni Cause, ni Ame, ni Monade, ni Créateur, ni Père, ni Verbe, ni Amour, ni Paraclet, ni Rédempteur, ni Satan, ni rien de ce qui correspond à un concept transcendantal : toute métaphysique est ainsi écartée. C'est la personnification de l'équilibre universel : Dieu est architecte. Il tient le niveau, l'équerre, le marteau, tous les instruments de travail et de mesure. Dans l'ordre moral, il est la Justice. Voilà toute la théologie maçonnique" - 

  

Eusthènes, 14 mars 2011                    *

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Propos maçonniques
  • Propos maçonniques
  • : Puissent ces quelques propos témoigner de la permanence de la recherche d'une vérité fuyante et incertaine accaparée par ceux qui - prétendant la détenir - voudraient l'imposer, même par la tyrannie. Ce blog n'engage que ses auteurs. Il est dédié à tous les frères et soeurs - orphelins d'un projet maçonnique exigeant et cohérent - pour des lendemains à repenser, à rebâtir, à rêver.
  • Contact

Google Translator

globeClick on the globe. Copy the URL of the blog page to be translated into the entry bar "Translating the next page". Indicate the desired translation : French to ...  Close the blog page in French

Commentaires

Vous pouvez me faire part de vos commentaires en cliquant sur ce lien

Droits

Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957). Il est interdit d'utiliser et/ou reproduire et/ou représenter et/ou modifier et/ou adapter et/ou traduire et/ou copier et/ou distribuer, l'un des quelconque éléments - photos, poèmes, articles personnels - publiés sur ce blog, de façon intégrale ou partielle, sur quelque support que ce soit - électronique, papier ou tout autres supports - sans l'autorisation expresse et préalable de l'auteur.

Blog crée en février 2008 par Blog "Propos Maçonniques", Nom d'auteur et tous droits réservés.

© 2008 Blog "Propos maçonniques"