Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 22:15

La maçonnerie des Bonaparte

Napoléon domestique les institutions avec le brio des dictateurs. Dès son arrivée au pouvoir, soucieux de renforcer sa mainmise sur la société, il perçoit les avantages qu'il pourrait tirer du contrôle de la Franc-Maçonnerie.

Discipliner et surveiller le Grand Orient pour en faire l'un des fidèles soutiens du Consulat puis de l'Empire : tel fut donc
l'objectif de Bonaparte. Il s'est servi pour cela d'un homme, Cambacérès, second du régime et éminent maçon.

En échange d'une rationalisation de son organisation, il favorisa la renaissance de la franc-maçonnerie et l'érigea en une institution "officieuse et protégée". Après les premiers tâtonnements, il en confia les destinées au numéro deux du régime, Jean-Jacques-Régis de Cambacérès. La franc-maçonnerie devint alors un "véritable appareil idéologique" d'état.

Sur les 25 maréchaux d’Empire 17 sont Francs-Maçons, dont Bernadotte, Brune, Kellermann, Lannes, Mac Donald, Masséna, Mortier, Murat, Ney, Oudinot. Le Grand Maître est Joseph Bonaparte, le frère de l’Empereur.

Le Grand Orient connaît alors un grand développement dans les 139 départements que compte la France impériale à son apogée. Par ailleurs, dans toute l’Europe napoléonienne, la Maçonnerie impériale est l’outil de diffusion de la philosophie des Lumières, à laquelle étaient massivement restés fidèles les cadres de l’Empire.

Les principes philosophiques et religieux de la Révolution restent à l’honneur … Seules les questions politiques sont totalement proscrites ! Jérôme Bonaparte, roi de Westphalie et Murat, roi de Naples sont aussi Grands-Maîtres en leur royaume.

Cambacérès, le fédérateur.

Le parcours de Cambacérès éclaire le rôle des réseaux maçonniques dans l'ascension d'un homme qui devient le numéro deux du régime napoléonien. Né en 1753 à Montpellier, il est initié le 17 mai 1779 dans la loge l'Ancienne et la Réunion des Elus à Montpellier, loge affiliée au Grand Orient à partir de 1781.

Il y mène une activité importante au point d'être désigné comme député de plusieurs loges montpelliéraines au convent (assemblée annuelle) du Grand Orient. Comme les autres maçons, il met en sourdine ses activités maçonniques pendant la Terreur, mais participe au renouveau de l'ordre.

Il est présent notamment à la réunion de 150 frères des deux principales obédiences, la Grande Loge et le Grand Orient, marquant la naissance du Grand Orient de France en juin 1799, puis contribue avec Roëttiers de Montaleau, à la réorganisation des loges, profitant de ses fonctions de ministre de la Justice, puis de Second consul.

En 1803, Bonaparte lui demande d'arbitrer les querelles qui divisent le Grand Orient et la Grande Loge Ecossaise. Il s'emploie à favoriser leur union, en évitant de prendre parti, ce qui lui permettra d'apparaître comme un élément fédérateur des diverses branches de la maçonnerie.

De fait, il accepte la présidence de tous les rites maçonniques. Mais surtout, il est le protecteur de la franc-maçonnerie dont il veut faire un pilier du régime. Il déclare en 1812 :
"Si l'Etat était en danger, j'appellerais autour de ma personne tous les enfants de la Veuve et, avec ce bataillon sacré, en marchant aux factieux, je prouverais au monde entier que l'Empereur n'a pas de plus fidèles sujets que les maçons français. "

Liens -   Sur le bloc-notes de Jean-Laurent Turbet

              Historia N° 676 : Napoléon Empereur Des Francs Macons
              Napoléon franc-maçon 

 

 

Repost 0
Published by Eusthenes - dans Franc-Maçonnerie
commenter cet article
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 21:19
  
fmp2.jpgPrésenté par France 5 et l'Express - Durée : 56'
Auteurs: Gabriel Le Bomin et Stéphane Khémis
Réalisation : Gabriel Le Bomin - Commentaire : Maurice Bénichou
Production : JEM Productions - SFP - avec la participation de France Télévisions -Année : 2009 -
Première diffusion : octobre 2009



Solide, carré, objectif, ce film chronologique lève le voile sur les relations entre la franc-maçonnerie et le pouvoir.
Cliquer pour agrandir
Comment cette société de pensée, fondée au début du XVIIIème siècle, est-elle passée de la réflexion philosophique à l'action politique, au point de marquer de son empreinte la fondation de la République ? Les nombreux témoignages d'une constellation de personnalités : historiens incontestés de la franc-maçonnerie, hommes politiques , francs-maçons et francs-maçonnes, exerçant (ou ayant exercé) les plus hautes responsabilités dans les principales obédiences maçonniques françaises, journalistes, entretiennent avec le spectateur un véritable dialogue, dont l'intérêt ne faiblit jamais.

Ce film remarquable, qui constitue un document historique de premier ordre, est soutenu par un texte de grande qualité, accompagné de nombreux documents particulièrement bien choisis, qui éclairent le propos et démontent les fantasmes suscités par la franc-maçonnerie en rendant compte de son combat pour toutes les libertés chèrement acquises qui nous semblent pourtant aujourd'hui, des évidences ...

Après l'excellent reportage diffusé sur Canal + : Franc-maçonnerie, un pouvoir au cœur de la République, dans la série spécial investigations et le film d'Alain Moreau : Grand Orient - les frères invisibles de la République 
- diffusé sur France 5 en juin 2008 - qui s'attache davantage à présenter la vie des loges et la démarche personnelle du franc-maçon, toutes celles et ceux qui s'intéressent à l'histoire et aux problèmes de société disposent aujourd'hui d'une trilogie qui présente, sans complaisance, la franc-maçonnerie telle qu'elle a été et telle qu'elle est aujourd'hui, mais qui reste riche d'un héritage qui constitue l'honneur et la fierté de tous les francs-maçons.


                                             
                                                    1/3 - La fondation de la République

La franc-maçonnerie est légaliste et sauf exceptions très rares, comme lors de La Commune de Paris, elle est non violente. Pour mettre en œuvre le projet de société élaboré par les loges, il faut donc gagner les élections. A partir de 1880, de plus en plus de francs-maçons entrent au gouvernement et en quelques années, plus d'un tiers des élus de la Chambre des Députés et du Sénat sont francs-maçons.

Pendant la période historique, allant de 1871 à 1905 : lutte contre la Restauration, loi de 1881, fondatrice de la liberté d'expression (et de la liberté de la presse), organisation de l'enseignement public, loi de 1901 sur la liberté d'association, lois autorisant le choix de ses obsèques et le divorce, et enfin en 1905, loi sur la séparation des églises et de l'Etat, la lutte de l'Ordre maçonnique pour la fondation de la République Sociale et Laïque, se transforme peu à peu en succès affermis, puis en triomphe et enfin en apothéose.

Les français républicains doivent un juste hommage à la franc-maçonnerie toute entière pour l'abnégation et
  le courage qu'elle a déployés pendant trente années ... Trente années qui comptent ...

 

 

Repost 0
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 20:45

fmp2.jpg
                      


           2/3 - La Troisième République et les années sombres

Mais, après avoir réalisé l'intégralité de leur projet de société, les francs-maçons, qui militaient pour un nouvel ordre des choses, deviennent, alors que le pays s'enfonce dans la crise économique et que les conflits sociaux se durcissent, ceux qui profitent du système politique qu'ils ont établi, dans "la République des Frères". 

Les francs-maçons perdent alors une grande partie de leur influence sur la politique. En 1936, quelques francs-maçons participent au gouvernement du Front Populaire, qui n'est plus perçu  comme une action politique, mais comme Satan déchaîné s'emparant de la France. Ce qui a pour conséquence de créer la symbiose criminelle entre l'antisémitisme et l'antimaçonnisme : le (présumé) "complot judéo-maçonnique". L'extrême droite hystérique est alors prête pour le combat.

En juin 1940, la France a perdu la guerre. La Chambre du Front Populaire vote les pleins pouvoirs à Pétain dont l'entourage a comme premier objectif la destruction de la République, qui devient l'Etat Français. L'antimaçonnisme de Pétain est obsessionnel : "un juif n'est pas responsable de sa naissance, mais un franc-maçon l'est toujours de ses choix ..." dit-il.

Un service des sociétés secrètes est créé afin de poursuivre les francs-maçons. Une propagande anti-maçonnique est orchestrée. Une exposition antimaçonnique est organisée et le film "Forces occultes" est projeté à Paris puis en province.

La franc-maçonnerie est présentée comme responsable de la défaite et de l'effrondement de la France. A la libération, le bilan est lourd. Des centaines de maçons sont morts dans la Résistance et dans les camps de concentration. Les temples sont détruits et la franc-maçonnerie est exangue.
             
                                

                                       
                                                         
                                              
                                                                       

 

Repost 0
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 19:45



fmp2.jpg

                          1/3 - La fondation de la République

(Le son semble enregistré sur un seul canal. Ne pas changer les réglages de votre ordinateur).

                                        
                                    3/3 - Sous l'égide de Grands Anciens ?     

La franc-maçonnerie sort du trou noir en 1950, mais elle n'a plus la même influence dans les institutions de la République. Avec la Quatrième République, c'est le retour du régime parlementaire avec ses majorités mouvantes et instables. Contrairement à la Troisième République, la Quatrième République est ouverte aux catholiques, car ce qui crée désormais la légitimité républicaine, ce n'est plus la laïcité, mais la Résistance. Le grand parti nouveau, le MRP, est dirigé par des démocrates chrétiens.

En 1958, le vote des pleins pouvoirs au Général de Gaulle inquiète les francs-maçons, car le pouvoir personnel est contraire à la tradition républicaine. Et il est clair que l'influence de la franc-maçonnerie ne pourra plus jamais être ce qu'elle a été sous la Troisième République. Les gouvernements du Général de Gaulle comptent peu de francs-maçons.

Dans les années 1960 - 1970, la franc-maçonnerie revient dans le jeu politique en intervenant sur quelques dossiers, notamment les lois sur la contraception et l'interruption volontaire de grosssesse. Et après des décénnies d'oubli, les médias font de la franc-maçonnerie un sujet de presse récurent.

Des francs-maçons de gauche participent à l'élaboration des cent dix propositions de François Mitterrand. Après son élection en 1981, un certain nombre d'entre eux entrent au gouvernement.  La franc-maçonnerie revient en grâce. Les idées maçonniques portées par la Gauche aboutissent à l'abolition de la peine de mort, la libéralisation des ondes et à l'instauration de nombreuses autres libertés. ...

Seul le projet de la loi Savary - cher aux francs-maçons - sur la création d'un grand service unifié de  l'Education Nationale, doit être retiré. Mais 1983 est la fin de 1981. Et la  crise d'identité qu'elle connait en 1995 pose alors la question : "A quoi sert la franc-maçonnerie ?" ...

Plus la franc-maçonnerie perd d'influence réelle sur le pouvoir, plus son influence fantasmée monte en puissance. Aujourd'hui, est-elle une boite à idées, une gardienne du Temple Républicain ? ... A partir du moment où il y a mystère, secret, cela génère des fantasmes. Sans doute, les francs-maçons auraient-ils intérêt aujourd'hui à jouer la clarté, à exposer librement ce qu'ils sont et ce qu'ils font,  notamment en publiant les travaux réalisés dans les loges.

                                              
                                       


 

 

Repost 0
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 08:09


       Réflexions sur les modalités du vote en loge ...

En complément aux propos sur "le bandeau" et sur "le cabinet de réflexion", qui sont les plus consultés sur ce blog, voici un propos sur les modalités du vote en loge, notamment pour l'admission d'un candidat.

Il s'agit de simples considérations, visant à une meilleure évaluation d'une pratique importante, en envisageant les dérapages qui peuvent en dévier gravement l'esprit et les résultats.

Ces modalités varient selon qu'il s'agit d'une discussion en loge, des élections du Collège des Officiers (Conseil d'Administration de la loge), et surtout pour de l'admission d'un candidat.

Les conclusions de l'orateur

Selon les disposition des règlements, lorsqu'une discussion est close ou avant toute consultation de la loge, l'orateur donne ses conclusions sans les motiver pour fixer le sens du vote, après quoi il ne peut être demandé la parole par aucun frère.

Le Vénérable met ces conclusions aux voix et la formulation : "que ceux qui sont favorables aux conclusions de l'orateur le manifestent en levant la main à mon coup de maillet, prend tout son sens et chacun sait pour ou contre quoi il vote, ce qui lève toute ambiguïté.

Le respect de ce protocole suppime le désarroi qui apparaît trop souvent avant un vote de la loge, lorsque le vénérable invite les frères  à voter après que l'orateur ait déclaré : "je suis favorable au passage au vote", sans fixer les sens du vote.

Dispositions générales pour les votes

Pour les discussions, l'atelier vote à main levée ou au scrutin secret par boules blanches et noires. Tout scrutin portant sur une personne (profane ou maçon) est, à deux exceptions près, obligatoirement secret. Toutes les délibérations sont prises à la majorité des suffrages. L'abstention n'est pas permise et en cas de partage des voix, celle du vénérable (à une exception près) est prépondérante.

Pour les élections, la règle générale est celle du scrutin uninominal par bulletins secrets. Pour le vénérable, ce scrutin est à la majorité absolue aux deux premiers tours et à la majorité relative au troisième tour, s'il y a lieu. Pour les autres officiers, ce scrutin est à deux tours, le premier à la majorité absolue et le second à la majorité relative. Toutefois, l'élection du collège des officiers peut être effectuée au scrutin de liste, à la majorité absolue des voix.

Les élections du maître des cérémonies, de l'hospitalier et du couvreur, peuvent être effectuées par acclamations, - ce qui constitue la première exception au au secret du vote sur les personnes.

Admission d'un candidat

L'admission d'un candidat qui a demandé sa réception dans une loge maçonnique est soumise à trois tours de scrutins.

Au premier tour, l'Atelier se prononce simplement au scrutin secret et à la majorité simple sur l'opportunité de la prise en considération de la demande et, sauf exception pour motif grave, ce premier tour est souvent une simple formalité.

Un deuxième tour de scrutin circule après l'audition du profane sous le bandeau.

Enfin, lorsque ce deuxième tour a donné un résultat favorable, un troisième tour, simple confirmation des deux premiers, est donné à main levée, au cours de la tenue de réception, ce qui constitue la seconde exception au secret du vote sur les personnes, si rarement respecté !

On voit donc en fait, que le deuxième tour de scrutin, après l'audition du profane sous le bandeau, revêt une importance capitale, car c'est ce tour de scrutin, et pratiquement lui seul, qui décide de l'admission du candidat.

Cette admission est prononcée si le scrutin rapporte un nombre de boules noires inférieur au quart du nombre des votants. Il semble donc qu'il convient d'insister sur le sens de la responsabilité que nous devons manifester, afin d'envisager lucidement les dérapages qui peuvent défigurer ce scrutin important.

En effet, ce scrutin s'exprime obligatoirement par oui ou par non - un "non" primant trois "oui" - ce qui interdit formellement de le transformer en un vote banal, qui peut lui s'exprimer tout autrement, dans toutes les autres consultations de l'Atelier.

Le consentement unanime et la justification des boules noires n'a pas subsisté dans la franc-maçonnerie moderne et l'on peut penser que c'est dommage. Que notre droit d'interroger un profane sous le bandeau et que nos votes s'exercent donc avec courage, honnêteté, confiance et responsabilité et qu'ils ne servent pas, comme cela peut arriver parfois, à dissimuler nos insuffisances.

 

Repost 0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 07:01

Juifs et Francs-Maçons,
 
La Franc-Maçonnerie a contribué efficacement à l'émancipation des Juifs et a l'avènement d'une société plus éclairée et plus ouverte. Malgré cela, les relations entre Juifs et Francs-Maçons n'ont pas été et ne sont pas toujours sereines.

En fait, Juifs et Francs-Maçons ne sont parfaitement réunis que dans l'imaginaire de leurs ennemis communs. Que signifie l'histoire de cette rencontre ?... et les histoires qui la composent ?

Face à ceux qui rêvent de figer le devenir dans un éternel présent, Juifs et Francs-Maçons, au-delà de la diversité des opinions des uns et des autres, maintiennent l'effervescence nécessaire au progrès.

Dans cette perspective, cette rencontre illustre une vérité historique : les progrès d'ordre spirituel, intellectuel, moral et matériel se réalisent là ou les hommes sont bienveillants à l'égard de l'autre (homme et idée), autrement dit, là où l'on se pose des questions et non là ou l'on impose les réponses. Le premier travail, le plus urgent, est de traquer les idées reçues.



Extraits du livre

"Judéo-maçonnerie ! Juifs et Francs-Maçons ... Pour certains, ces mots représentent le Mal : fascistes, intégristes, xénophobes, racistes, tous installés dans leurs petites certitudes méchantes et étriquées,  tous les haineux enfin, qui possèdent, pour toutes les questions, des réponses, construites selon le schéma : Y a qu'à, suivi d'un verbe d'action violente (Y a qu'a interdire, chasser, tuer). Et, voyez-vous, cela fait déjà pas mal de monde ...

L'essentiel du problème réside dans le fait qu'ils haïssent ceux qui refusent de figer le devenir, et en particulier les Juifs et Francs-Maçons, qui eux aspirent à devenir. Pour le Juif, le monde a été créé pour "faire" et il appartient à l'homme de poursuivre, de parfaire la création.

Pour le Maçon, le "voyage" est le principe de l'initiation. Pour voir, pour savoir, pour devenir "meilleur et plus éclairé", pour devenir "un homme libre", il faut "tailler la pierre", "aller plus loin", "rassembler ce qui est épars", autant de formules qui blasonnent l'invention, la création, le possible, l'imprévisible, et non la vérité déjà dite, qui telle une chose, se trouverait dans un seul lieu, fût-ce dans un seul livre.

Juifs et Francs-Maçons sont loin d'être unanimes, loin d'avoir une seule représentation du monde, loin d'adhérer à une seule idéologie. Juifs et Maçons entretiennent l'effervescence prometteuse d'une genèse permanente de la conscience. Ils aiment le brassage, ils sont cosmopolites, ouverts à l'autre, bienveillants à l'égard des différences, partisans des échanges.

Ils voient dans la tradition une invitation à innover. Ils aiment bousculer les préjugés, remettre perpétuellement en question ce que l'on a parfois envie d'estimer définitivement acquis. C'est pourquoi Juifs et Maçons sont persécutés par tous les totalitarismes, aussi bien par ceux de Torquemada et d'Hitler, que ceux de Staline et de Khomeyni. C'est parce que leur fonction est de dissoudre les pensées totalitaires et les idéologies dogmatiques.

Juif et Maçon ... D'abord, de quoi s'agit-il ? Ces mots sont généralement perçus comme des étiquettes. Et chacun sait bien où il faut les mettre … Sur des noms. Chacun connaît des Francs-maçons, des Juifs et des Juifs francs-maçons (ou des Francs-Maçons juifs).

Chacun y va de sa liste. La question "Qui en est ?" déclenche l'énumération. Par contre, les questions "Que signifie être juif ?", "Que signifie être franc-maçon ?", déclenchent discussions et polémiques. Les points de vue sont nombreux. Car ces questions concernent l'identité, "l'Etre" et le "Devenir".

Seul un dieu dispose du privilège d'être simplement "Celui qui est". Les hommes sont plus compliqués et ils ne peuvent intérioriser cette sublime simplicité qui est de l'ordre de la métaphysique. Car l'homme est une réalité psychologique. La construction de son identité est d'abord une défense contre la peur (peur justifiée par tout ce qui le menace). Construire une identité, c'est se procurer des abris, des ancrages, des repères. Car c'est bien de construction qu'il s'agit ici.

C'est pourquoi, en rapprochant ces deux mots, Juif et Franc-Maçon, nous regardons ce qui se passe chez les hommes lorsqu'ils vivent des expériences propres à favoriser une réelle genèse de la conscience. Il s'agit de la combinaison de deux milieux effervescents dont il nous appartient d'accomplir les promesses.

En effet, s'il nous semble utile de regarder comment se croisent et se rencontrent nos mutuelles et diverses appartenances, ces croisements et ces rencontres, qui favorisent les conditions de l'approfondissement des mythes, nous permettront alors d'aller au-delà de nos certitudes".


Juifs et Francs-maçons - Un livre méconnu de Daniel Béresniak,
(Dédié à Meyer Leib Béresniak, Juif et Franc-Maçon, mort à Auschwitz, in memoriam)

Editions Bibliophane (1989)

 

 

 

 

Repost 0
Published by Eusthenes - dans Bonnes pages
commenter cet article
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 13:05

Journées du patrimoine et franc-maçonnerie

Lire sur www.hiram.be

 Paris - Musée de la Franc-Maçonnerie - fermé pour rénovation
 Pau - 
Au coeur des discrets rites maçonniques
 Villeneuvette - Le voile se lève sur le temple maçonnique

   
 AP - Incendie au siège du Grand Orient De France 

 


Un incendie important s'est déclaré samedi après-midi dans les locaux du Grand Orient, rue Cadet à Paris. La vingtaine de personnes présentes ont été évacuées, a-t-on appris de source policière. Le sinistre a été signalé vers 17h. Le feu serait parti d'une salle de réunion située au troisième étage. De nombreux effectifs de pompiers ont été dépêchés sur place et ont circonscrit le sinistre vers 19h15. La Première division de police judiciaire (DPJ) a été chargée de l'enquête.  

                                                                                                Lire Sur TF1 et LCI
 




Maj 12 12 09 *

 

Repost 0
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 17:31

Ecouter l'article

Le Grand Orient De France se prononce contre l'initiation des femmes.


Selon une dépêche de l'Agence France Presse "Le Grand Orient De France (GODF) s'est prononcé vendredi contre la liberté pour ses loges d'initier des femmes ou d'affilier des "soeurs" d'autres obé-diences, lors de son convent annuel (assemblée générale) organisé à Lyon, a-t-on appris auprès du GODF".   
 
Cérémonie de réception d'une jeune femme dans une loge d'adoption sous le Premier Empire (Gouache) -
Musée de la Franc-Maçonnerie - Photo Bernard Chevillon - (Coll. GODF - PARIS)

A la question de l'initiation des femmes, les délégués des 1.200 loges de la plus importante obédience maçonnique  française, ont   répondu   "non"   à   56%, a indiqué Gérard Contremoulin chargé de la communication du Grand Orient De France. Réunis à huis clos, ils se sont également prononcés "à 58,7%" contre l'affiliation au GODF des femmes initiées au sein de la Grande Loge féminine de France ou de l'une des quatre obédiences mixtes du mouvement maçonnique français, a-t-il ajouté. Le vote s'est déroulé sans débat "dans la mesure où le convent de l'an dernier avait renvoyé cette question aux loges", a précisé un frère sous couvert de l'anonymat.

Selon lui, les discussions ont eu lieu "à la base", parmi les 50.000 membres du GODF, et chaque délégué est arrivé au convent avec un mandat précis. Les partisans de l'initiation des femmes "le sont au nom es principes même de la maçonnerie", notamment "l'égalité et la citoyenneté républicaine", à l'image de l'ancien Grand Maître du GODF Jean-Michel Quillardet, a-t-il décrypté.

A l'inverse, les opposants "semblent considérer qu'il faut rester "monogenre" lors de l'initiation", long "cheminement" où l'apprenti-maçon assiste aux travaux de l'obédience "sans avoir le droit de parler", explique Gérard Contremoulin.

Six femmes avaient commencé leur initiation l'an dernier au sein de 5 loges du GODF, sans autorisation, ce qui avait valu aux 169 maîtres maçons concernés une suspension par la justice maçonnique. "On va très prochainement statuer sur leur situation", a poursuivi M. Contremoulin".


Sur Rue 89 du 23 septembre 2009

http://www.rue89.com/2009/09/23/mixite-la-franc-maconnerie-passe-a-cote-de-son-histoire


Mixité : la franc-maçonnerie passe à côté de son histoire

Par Jean-Michel Quillardet, Ancien Grand Maître du Grand Orient De France

Lors de son assemblée générale du 3 septembre 2009, le Grand Orient De France a à nouveau refusé, majoritairement, la possibilité pour une femme de devenir membre de cette principale et plus ancienne obédience maçonnique française.

Outre l'aspect totalement anachronique de cette décision, elle marque un recul historique de la franc-maçonnerie quant à l'évolution de la société et à l'objectif commun des francs-maçons soit une société plus juste, plus fraternelle et plus humaine.

 

Le Grand Orient de France s'enorgueillit à juste titre de ses ancêtres qui ont combattu pour la liberté de conscience, pour les droits de l'homme dés 1789, ainsi d'ailleurs qu'en 1948 avec la Déclaration universelle des droits de l'homme, la séparation des églises et de l'Etat, l'égalité sociale, la laïcité.

 

Tous principes qui furent rappelés par les anciens grands maîtres du Grand Orient dans une tribune publiée par Le Monde datée du 26 août 2009 et également, très bien, par le Grand Maître en exercice.

Comment refaire le monde en exclant la moitié du genre humain ?

  

Dans cette société où une femme est menacée de quarante coups de fouet parce qu'elle portait un pantalon, où des femmes sont menacées d'exclusion de toutes formes d'enseignement et de vie sociale et citoyenne, en Afghanistan, où des femmes se voient obligées de porter le voile intégral, où les femmes sont toujours, par les viols, les premières victimes des guerres, où l'égalité homme-femme au niveau des salaires, des charges et emplois est une revendication qui ne peut être contestée par aucun républicain, comment les franc-maçons qui se veulent héritiers des Lumières peuvent-ils aujourd'hui  fermer la porte de leur association à la moitié du genre humain !

Je sais : l'on me dira que tous les soirs dans les loges du Grand Orient de France France des femmes, membres d'autres obédiences féminines ou mixtes participent aux travaux des frères du Grand Orient. Il n'empêche aujourd'hui, et c'est bien là le nœud du problème, qu'aucune femme ne peut être cotisante, donc membre et donc participer à l'animation et à la vie du Grand Orient de France.


Aucune femme ne peut être élue à aucun poste de responsabilité au sein de cette association comptant près de 50 000 membres. Est-ce normal ?
 

Grand maître du Grand Orient de France entre septembre 2005 et septembre 2008, j'ai initié ce débat, alors que personne ne le demandait, pensant qu'une prise de conscience pouvait amener enfin, démocratiquement, une décision favorable et décisive du convent. Nous nous y sommes efforcés mais nous avons échoué. C'est avec tristesse que nous faisons ce constat.


Comment aujourd'hui le discours des francs-maçons peut-il être crédible au regard de leur réflexion sur les questions de bioéthique qui pour beaucoup d'entre elles touchent aux droits fondamentaux des femmes ?


Comment aujourd'hui peut-on défendre avec force et vigueur la laïcité qui est l'expression de l'universalité et de l'égalité entre tous les citoyens quelles que soient leurs origines, leurs appartenances et leur culture ?


La présente décision du convent du Grand Orient de France manifeste par conséquent un retour de la franc-maçonnerie sur elle-même qui se sépare ainsi des problématiques sociétales dont elle devrait être pourtant porteuse au titre du progrès de l'humanité.


Billevesées et discours d'un autre âge

 

De beaux esprits vont rétorquer que la franc-maçonnerie est une société initiatique et qu'il n'y a pas d'initiations mixtes mais seulement des initiations masculines et féminines !

Billevesées que ce discours d'un autre âge. Même les cultes religieux ne se pratiquent plus de la même manière qu'au Moyen Age !

D'autres nous diront qu'il y a bien deux genres, deux sexes et qu'il n'est pas totalement irrecevable que des hommes puissent souhaiter se réunir entre eux et des femmes entre elles. Certes : de là à interdire aux femmes d'avoir au sein d'une même association les mêmes droits !

Aucun argument rationnel, aucun argument éthique et aucun argument maçonnique n'est recevable pour s'opposer à l'adhésion d'une femme à une obédience masculine tel que le Grand Orient de France. 

Puisse par cette désespérance et ce cri d'alarme que je jette maintenant provoquer un sursaut et qu'enfin les membres du Grand Orient de France qui ont toujours été à la tête des évolutions nécessaires de la franc-maçonnerie se ressaisissent et reprennent le chemin de l'initiation maçonnique qui nous apprend à prendre des distances avec nous-même, avec nos apriorismes, nos tabous et nos passions, et toujours à " réunir ce qui est épars ".

Comment pouvons-nous " réunir ce qui est épars " si nous ne sommes pas capables de réunir les hommes et les femmes ensemble au cœur même de la principale obédience maçonnique française !

Alfred de Vigny a écrit :

  
         " Quand on connaît l'histoire des femmes depuis l'origine de l'humanité, ce n'est pas, 
          lorsqu'on en rencontre une, bonjour qu'il convient de lui dire mais pardon… ".

 

Mais continuons à convaincre dans le souci de l'unité de l'obédience.


                                                                                                        Jean-Michel Quillardet
                                                                   Ancien Grand Maître du Grand Orient De France

Sur le Blog de Candide


"Ce matin, le Convent du Grand Orient De France, réuni à Lyon, a décidé, par une majorité significative, de ne pas recevoir en son sein des femmes ...

"L'avenir du Grand Orient De France, dans cette perspective, c'est une anesthésie douce qui le verra muter pour devenir le pendant français des Obédiences anglo-saxonnes, des réunions de notables qui conservent l'acquis et s'en contentent" ...

                                                                                                   
Lire l'article de Candide

Sur ce Blog

"Franc-maçon, Franc et Maçon, c'est à dire constructeur libre de toute servitude, artisan de la République laïque peut-être (digne ambition ...), égalitaire et fraternelle bien sûr.
Mais sans les femmes, s’il vous plaît … Question de Tradition. Les femmes restent à la maison, admises tout juste au repas familial, aux tenues funèbres et aux tenues blanches ouvertes … Mais toujours présentes cependant sur les parvis à occuper le discours des frères : plaisanteries salaces, blagues graveleuses…

Sinon pour celles qui ont forcé le système, se sont fait adopter, ou reconnaître comme initiées, elles sont tout juste bonnes pour la numérologie, l’astrologie, la cosmogénèse, cantonnée dans un rite écossais qui les renvoie insidieusement vers les religions d’un dieu misogyne qui les retranche de la société. Une moitié de l’humanité dont il n’y a pas lieu d’améliorer le statut"…

                                                                                                   
Lire l'article du blog
 

Revue de presse                                  Suite du sujet          

 
    Consulter la revue de pressse de Jiri Pragman
    sur ce sujet sur le site 
www.hiram.be

 



Maj 12 12 09 *

 

Repost 0
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 08:27

1 - Aspects du mythe

Aujourd'hui, tout le monde, ou peu s'en faut, s'intéresse aux mythes. Pourtant la notion de mythe est loin d'être élucidée de même que la question sur le sens et la signification des mythes. Deux thèses principales s'affrontent. Pour la première, la vérité des mythes n'est qu'un effet de signification. Pour la seconde, le mythe dît quelque chose à quelqu'un sur quelque chose.

Le passage du mythos au logos, du discours imagé au discours raisonné, du discours mythique au discours conceptuel, témoigne pour les deux théories, sans toutefois les départager réellement. Pourquoi croit-on aux mythes? Probablement pour trois raisons principales.

Tout d'abord, parce que s'ils semblent absurdes au plan rationnel, les mythes dissimulent, sous le voile du fantastique, des vérités profondes. Ensuite, parce qu'il n'est pas rare que les mythes se fondent sur des faits ou des événements historiques réels, déformés par l'imagination populaire ou par nécessité. Enfin, comme le souligne Julien Gracq, dans la préface du Roi Pêcheur, parce qu'on ne nous laisse plus ignorer aujourd'hui que ce dont il est question dans les mythes, c'est essentiellement de notre époque avant toute autre.

L'Age d'Or

Moment mythique de l'humanité, décrit comme étant celui de l'abondance, de la concorde et de la paix, le thème de l'Age d'Or fournit la trame de nombreux mythes et utopies et on peut le retrouver pratiquement dans toutes tes civilisations. Dans l'antiquité, l'Age d'Or est un mythe lié au temps cyclique. Les révolutions des astres et leur retour régulier suggèrent une succession d'âges dont Hésiode a été le premier témoin. L'Age d'Or est synonyme de liberté, de vie facile, de paix et de longévité.

Mais la littérature présente également une autre vision de l'Age d'Or, celle d'un paradis pour plus tard qui caractérise l'utopie. Celle-ci n'est plus liée à un temps cyclique, mais à un temps ouvert sur un avenir linéaire, infini dans son déroulement et aboutissant à un autre monde. A moins que la machine n'écrase l'homme ou que ta science ne le conditionne dès l'œuf et que l'Age d'Or, définitivement perdu, ne devienne alors mémoire interdite.

Platon et le mythe du politique

Au huitième siècle avant notre ère, Hésiode raconte dans l'un de ses mythes, la succession des diverses races d'hommes qui sont apparues sur la terre. Les cinq races qu'il énumère semblent s'ordonner d'après une échelle de valeurs représentée par des métaux (or, argent, bronze, fer). Seule, la race des Héros, qui précède la race de fer des hommes d'aujourd'hui, ne correspond à aucun métal.

Platon reprendra, dans le Mythe du Politique, cette vision cyclique de l'histoire. Mais le mouvement cyclique n'est plus continu et la mécanique s'efface alors devant la croyance. Tantôt le dieu guide la marche de l'univers, tantôt il l'abandonne à son propre mouvement. Lorsque l'univers suit la marche divine, c'est l'époque des "fils de la terre", celle du rajeunissement continuel. Lorsque l'univers rétrograde, c'est le cycle que nous connaissons actuellement, celui de la dégradation progressive.

Monde guidé, monde abandonné, temps de Cronos, temps de Zeus, âge d'or idyllique, âge de conflits et de malheurs, tout se passe comme si l'humanité devait osciller entre deux pôles, chaque fois pour le meilleur ou pour le pire, selon qu'elle est dirigée ou non par la divinité. Mais il existe sans doute une autre lecture du mythe, A supposer que la " divinité-pilote " se confonde avec la rationalité, tout peut s'éclairer autrement.

Car l'œuvre de Platon ne nous le laisse pas ignorer que tout va à vau-l'eau quand la raison nous lâche. Dans le contexte du mythe, le politique retrouve sa place. Il sera un soigneur d'hommes plus qu'un pasteur d'hommes. Mais il lui revient, par la vertu d'une raison efficace, au service du gouvernement, d'enrayer les progrès du mal et de freiner la décadence. Ainsi, au pessimisme de la Philosophie de l'Histoire, répond et fait échec la foi platonicienne dans la Rationalité au service du Bien.

La perception cyclique de l'histoire

L'éternel retour est un mythe fondamental qui, comme l'a montré Mircéa Eliade - voir les deux liens - contamine de nombreux autres mythes et fonde de nombreux rites. L'éternel retour est figuré par un cercle. Il représente le mouvement, la roue qui tourne. Et cette image suggère une représentation métahistorique de l'histoire, une sorte de philosophie sacrée de l'histoire.

La théorie des âgespopularisée en France par René Guénon, - voir les trois liens - prétend qu'il y aurait eu un âge d'or, puis un âge d'argent, puis un âge d'airain et enfin un âge de fer. Cette progression serait une régression, une dégénérescence. Mais parvenue à un point avancé, ce "pourrissement" générerait un retour à l'âge d'or. La vision cyclique de l'histoire permet d'imaginer une méta-histoire où le passé cesse d'être irréparable, car ce qui a été peut être revécu. Il reste donc toujours une autre chance et le monde peut se ré-enchanter.

Le New Age et l'historicisme

Selon le New Age, l'humanité s'apprête à entrer dans une nouvelle phase de son histoire, l'Age du Verseau, qui durera 2.146 ans. Cette mutation astrologique est au coeur de la philosophie du New-Age. Les astrologues, qui ont mis en parallèle les phases de la précession des équinoxes avec l'évolution des civilisations humaines, ont été suivis par le New Age. Le résultat est une forme de discours assez singulier que l'on pourrait appeler "astro-histoire".

Le principe de l'astro-histoire est que les grands stades de l'évolution humaine correspondent aux grandes années astrologiques. Toute l'évolution historique est rythmée par une horloge cosmique battant à ta cadence de 2.146 ans. De plus chacune des ères zodiacales possède des propriétés morales spécifiques (individualisme, agressivité, harmonie).

La critique du philosophe Karl Popper récuse, au nom de la logique, toute forme de philosophie de l'histoire invoquant des lois macro-historiques. Selon Popper, on ne peut présenter le devenir humain comme entraîné par des forces supra-individuelles dont les hommes seraient les esclaves. Une histoire théorique, équivalente à la physique théorique, sur laquelle se fonderait une prédiction historique est donc impossible, ce qui invalide le projet même de l'astro-histoire.


                                                                                                                              
Maj 12 12 09 *

Repost 0
Published by Eusthenes - dans Philosophie
commenter cet article
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 07:29

2 - La perversion totalitaire

La double fonction du mythe, montrer et rassurer, constitue son ambivalence et son ambiguïté. Notre imaginaire nous procure le mythe du paradis perdu : explication de la douleur causée par une
rupture (autrefois, nous étions heureux dans un temps et un lieu privilégiés). Nos ancêtres ayant commis une faute, nous avons été rejetés de ce paradis et nous portons en nous cette faute, "le péché originel".

Mais, cela n'est pas obligatoirement irrémédiable, car nous pouvons sortir de cette situation par la "Rédemption". Pour certains, la Rédemption s'accomplit par l'intercession d'un Sauveur. Pour d'autres, la Rédemption - ou réparation - s'effectue par un retour à l'unité primordiale en rassemblant les éclats dispersés du miroir brisé d'Aphrodite (en rassemblant ce qui est épars).

Mais les fascistes et les intégristes ne partagent ni cette démarche, ni cette vision des choses. Pour eux, les mythes expriment une vérité absolue, d'essence divine, ou cosmique. Le totalitarisme voit dans les mythes un support - un vecteur - destiné à véhiculer des principes. Il vide ainsi les mythes de toute poésie, de tout imaginaire, et leur refuse alors la possibilité d'en dire plus.

Un ordre éternel

Car l'ésotérisme n'intéresse le totalitarisme que dans la mesure où il est possible de l'utiliser pour construire des idéologies et des théologies. Ces idéologies renvoient à l'idée de Tradition, mais une tradition " pure ", à défendre contre la subversion démoniaque d'autres communautés comme la nôtre, qui se veulent, elles aussi, " traditionnelles".

Les idéologies totalitaires veulent installer un éternel présent et en finir avec le devenir. Leur âge d'or, quelle que soit sa forme, arrête et fige pour toujours une histoire pour laquelle il n'y a pas de plus loin où il faut arriver. Ce désir d'éternel présent est associé à une condamnation radicale du monde moderne. Le traditionalisme des fascistes et des intégristes, voit le système social fondé sur un " Ordre Social " qui subordonne l'individu.

Il intègre le système de pensée de deux francs-maçons célèbres : Joseph de Maistre et Bonald et il s'enrichit des doctrines de Barrés, Maurras et Léon Daudet. Il s'agit là d'une pensée qui adhère à une représentation statique du monde. Cette pensée défend un Ordre Eternel, contre une représentation dynamique, pour laquelle tout état est transitoire.

La vision cyclique de l'histoire, par les partisans de l'Ordre Eternel, admet le changement, mais à la condition de le concevoir dans un cycle qui promet son retour. Car l'Ordre Eternel est sacré. Il s'inscrit dans un plan divin - ou cosmique - et il faut donc y croire, en le considérant comme intangible. Ceux qui subvertissent le plan divin sont donc des matérialistes qui nient le sacré.

Telle est la pensée des thuriféraires des vieilles valeurs qui rejettent l'idée de progrès. Il n'est pas demandé à la vérité d'être vraisemblable. Il lui est simplement demandé de convenir. Il n'est pas demandé à la vérité d'être vraie, il lui est demandé d'être satisfaisante. Pour cela, il faut la réviser. Alors, s'installe une vérité ou une parole de substitution, confortées par l'idéologie dominante.

L'âge d'or à venir est celui de la fin des démocraties, du retour des monarchies, de l'abandon des droits de l'homme au profit des droits de dieu, en un mot, celui du triomphe de l'église catholique romaine (même si, pour certains, l'église de Jean doit triompher de celle de Pierre).

Il faut donc opposer à nos mystères d'autres mystères, à nos références antiques pré-chrétiennes, d'autres références aussi anciennes. D'où l'émergence d'ésotérismes où "Occident" - ou "le Nord" - sont les lieux de la lumière. A la lumière qui vient de l'Orient s'oppose naturellement celle qui vient de l'Occident. Et même si fascisme et intégrisme ont une vision sensiblement différente de l'âge d'or, cette démarche est commune au fascisme néo-païen, à certaines formes de néo-celtisme, à certains groupements catholiques intégristes et même à une certaine maçonnerie néo-johaniste.

La liberté ou la soumission au destin

"La première caractéristique de la modernité a été en quelque sorte inaugurée par la Révolution française lorsque le Tiers Etat s'est proclamé souverain et a donc dérobé au Roi de droit divin, c'est à dire à Dieu lui-même, la souveraineté. C'est alors que l'individu, concept ignoré auparavant, est né. C'est l'acte révolutionnaire dans son essence suprême et dans sa radicalité absolue. Tout le reste est secondaire. La démocratie est née ce jour là, dans le traumatisme d'une solennelle et éclatante rupture.

L'Islam, on le sait n'a même pas connu une réforme. C'est à dire que la place de Dieu dans la cité, de la religion dans le pouvoir, de l'Eglise (ou de ce qui en tient lieu) dans l'Etat, cette place demeure toujours indiscutée, même lorsque les consultations électorales sont organisées.

La deuxième caractéristique de ce qu'on appelle aujourd'hui la modernité, c'est tout simplement la civilisation industrielle. On sait d'ailleurs que le terme d'"intégrisme" a été pour la première fois formulé pour condamner les incidences de l'industrialisation sur les mœurs.

Ce dont les intégristes ont toujours fait le procès, c'est finalement l'usage d'une liberté abandonnée à l'homme. Abandon blasphématoire à leurs yeux, puisque cette liberté n'appartient qu'à Dieu. Et la philosophie de cet intégrisme islamique rejoint tout naturellement - terrorisme en plus - celle des traditionalistes français du XIXème siècle, lesquels ont dénoncé dans la Révolution, l'optimisme aberrant et irresponsable qui a consisté à faire confiance à l'homme. Islam veut dire : soumission à Dieu ...

Il s'agit du heurt de deux conceptions métaphysiques : celle qui inclut la Liberté et cette autre qui se soumet au destin".

Jean Daniel - Nouvel Observateur du 4.10.2001.
 

                                                                                                                                               
Maj 12 12 09 *

Repost 0
Published by Eusthenes - dans Philosophie
commenter cet article

Présentation

  • : Propos maçonniques
  • Propos maçonniques
  • : Puissent ces quelques propos témoigner de la permanence de la recherche d'une vérité fuyante et incertaine accaparée par ceux qui - prétendant la détenir - voudraient l'imposer, même par la tyrannie. Ce blog n'engage que ses auteurs. Il est dédié à tous les frères et soeurs - orphelins d'un projet maçonnique exigeant et cohérent - pour des lendemains à repenser, à rebâtir, à rêver.
  • Contact

Google Translator

globeClick on the globe. Copy the URL of the blog page to be translated into the entry bar "Translating the next page". Indicate the desired translation : French to ...  Close the blog page in French

Commentaires

Vous pouvez me faire part de vos commentaires en cliquant sur ce lien

Droits

Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957). Il est interdit d'utiliser et/ou reproduire et/ou représenter et/ou modifier et/ou adapter et/ou traduire et/ou copier et/ou distribuer, l'un des quelconque éléments - photos, poèmes, articles personnels - publiés sur ce blog, de façon intégrale ou partielle, sur quelque support que ce soit - électronique, papier ou tout autres supports - sans l'autorisation expresse et préalable de l'auteur.

Blog crée en février 2008 par Blog "Propos Maçonniques", Nom d'auteur et tous droits réservés.

© 2008 Blog "Propos maçonniques"